Nos ambassadeurs

Pour la toute première campagne de financement virtuelle des Jeunes Premiers, nous avons le bonheur de compter sur la participation de deux ambassadeurs exceptionnels! En plus de se démarquer sur scène et au petit écran, ils ont tous les deux foulé les planches du TNM cette saison en participant aux laboratoires de création Prélude à la Nuit des rois et Prologue au Roman de monsieur Molière.

En entretien avec Eve et Jean-Philippe

Selon votre expérience, quelle est la différence entre jouer devant un public régulier et un public composé d’élèves?

« Toutes les fois que j’ai joué pour un public composé principalement d’élèves, j’espérais créer un déclic chez l’un d’entre eux. Pas nécessairement semer la graine de l’acteur, mais faire réaliser quelque chose. Aider à comprendre. Ce désir-là de mettre des mots sur un sentiment, de voir que le public se reconnaît, de le voir être touché... On le vit aussi avec un public régulier, mais personnellement, avec un public d’élèves, j’ai l’impression d’avoir une occasion en or de faire une différence dans la vie de quelqu’un. »
- Eve Landry

« Sans toutefois les respecter tout le temps, un public régulier connait les codes du "bon spectateur". Malgré les impondérables qui peuvent survenir lors d’une représentation, c’est comme si en tant qu’interprète, plus les spectacles s’accumulent, mieux on arrivait à saisir le pouls du public et à prédire à peu près qu’elles seront ses réactions. C'est tout le contraire avec les ados! Ils sont libres, à l’écoute, ayant cette vitalité et énergie de la jeunesse qui leur est propre et qui fait qu’une réaction peut être décuplée et ainsi insuffler une décharge quasi électrique au spectacle. »
- Jean-Philippe Perras

Avez-vous un souvenir marquant d'une expérience de théâtre devant un jeune public?

« J’ai fait de la tournée longtemps avec Éclats et autres libertés du Théâtre Le Clou. J’ai eu la chance de rencontrer des jeunes avant et après les représentations. Un accompagnement plus que complet. Je me souviens avoir vécu mes plus beaux moments de théâtre devant une salle attentive qui réalise que le théâtre peut prendre plusieurs formes et qu’il peut être reçu de bien des manières tout dépendant de nos propres bagages. Voir dans le regard de ces jeunes, s’ouvrir tout un monde de possibilités, ça restera à jamais gravé dans ma mémoire. »
- Eve Landry

« La première fois que j’ai joué au théâtre professionnellement c’était un spectacle jeunesse! Une adaptation de La Tempête de Shakespeare d’Alice Ronfard pour le théâtre de la Petite Marée. J’étais TELLEMENT stressé. J’entendais en coulisse tous ces jeunes enfants tellement contents et excités du spectacle qui s’annonçait et je voulais tellement bien faire! Je me souviens d’avoir eu envie de pleurer et d’implorer ma mère juste avant d’entrer en scène. Tout s’est finalement bien passé… l’écoute des jeunes était fabuleuse. Je crois avoir été ému tout du long! »
- Jean-Philippe Perras

Selon vous, quelle est l’importance des programmes d’accessibilité au théâtre pour les jeunes?

« C’est essentiel! Pour accompagner un jeune dans son début de vie, je considère qu’il y a plusieurs voies possibles. C’est tellement délicat et fragile comme accompagnement. Nous n’aurons jamais assez d’options pour rejoindre et se connecter à un jeune. Le théâtre est une de ces options, une de ces courroies de transmission. Ça serait irresponsable selon moi de ne pas l’utiliser. »
- Eve Landry

« Primordial. Pour l’avenir du théâtre et ainsi renouveler son auditoire, mais surtout pour nourrir l’imaginaire et la créativité de la jeunesse. Leur partager et leur présenter des univers, des sujets, des mondes autres que ce que l’on vit au quotidien. Ou encore, justement pour les aider à comprendre davantage leur quotidien : leur donner des clés pour saisir ce qui semble parfois insaisissable alors qu’à cet âge, le monde se déploie encore sous nos yeux. »
- Jean-Philippe Perras